Caroline REYS

Conseillère municipale

Conseillère à la Communauté de communes de Sélestat

 

Présentation

Caroline REYS, sélestadienne…
Mariée et mère de 3 enfants, je suis marquée par le milieu médical d’où je suis issue, et par le monde éducatif et culturel où je me suis épanouie. Au service de l’Éducation Nationale, j’ai exercé pendant 25 ans ma passion pour l’enseignement des lettres dans trois académies ; au cours de ma carrière, j’ai été détachée 2 ans en Maison d’Arrêt pour transmettre à des détenus adultes ma passion pour la littérature et le théâtre. En 2011, j’ai choisi de mettre un terme à cette carrière afin de me consacrer davantage à mes engagements associatifs et municipaux. Depuis janvier 2018, j’acquiers de nouvelles compétences au sein du Conseil des Prud’hommes de Strasbourg, où je siège régulièrement.
À 56 ans, j’aspire à devenir la première maire de l’histoire de Sélestat.
 
Sélestat, terre d’élection –
Vivre à Sélestat a été pour moi comme pour beaucoup d’entre vous, un choix mûrement réfléchi et motivé par des critères de qualité de vie et de situation géographique…
En 2001, la loi sur la parité a ouvert aux femmes l’accès aux responsabilités politiques, et grâce à cela, j’ai découvert de nouvelles possibilités de mobiliser mon énergie.
 
Élue d’opposition depuis 2008, j’évolue dans Sélestat avec un regard critique ; cette ville que nous avons choisie, cette ville où ont grandi nos enfants, cette ville réputée pour ses multiples atouts, notre ville m’a révélé ses malaises, ses dysfonctionnements, ses inégalités. Au conseil municipal, je dénonce ces situations depuis bientôt 12 ans, tout en continuant d’oeuvrer sur le plan associatif, pour apporter du dynamisme et de l’espoir.
 
Quelles sont mes motivations pour 2020 ?
Depuis 2014, je suis convaincue que l’amélioration de la situation locale passe par la transition écologique. C’était au coeur de notre projet municipal en 2014, et pour les législatives de 2017. Avec Bertrand Gaudin, mon partenaire politique, nous nous inscrivons dans un parcours de fidélité aux valeurs que nous défendions en 2014.
Ce qui a changé, c’est Sélestat, desservie par les nuisances du quotidien. Les mentalités aussi ont changé : il y a une réelle  prise de conscience des inégalités sociales et du dérèglement climatique.
Ce qui a changé aussi, c’est que désormais, les citoyens s’expriment : le sentiment d’insécurité s’étale sur les réseaux sociaux, la révolte contre les dangers des pesticides  se manifeste dans la rue, etc…
Cette prise de conscience et cette expression populaire doivent servir de base à une véritable démocratie participative, et c’est pourquoi nous entrons en campagne avec Sélestat 2020, terre humaniste.